Présidence du MaB France : Tribune à Didier Babin

2016, une année déterminante

 

Logo-UNESCO-MAB2015 aura été, pour le MAB, une année charnière. C’est en effet l’année de la création de l’association MAB France qui renouvelle l’esprit du MAB au niveau national, en renforçant notre indépendance et en ouvrant notre gouvernance.

MAB France est une association loi 1901 dont les statuts ont été déposés en juillet 2015. Son objectif principal est de promouvoir le programme MAB et le réseau des Réserves de biosphère en France. Avec cette association, nous avons maintenant une plateforme inclusive qui devrait nous permettre de renforcer nos collaborations et d’engager des partenariats avec l’ensemble des acteurs concernés par les Réserves de biosphère en France et au-delà. L’idée était de s’ouvrir d’avantage vers les élus, les partenaires du secteur privé, les entreprises, les ONG, les fondations, et également vers le public. L’association permet aussi d’augmenter l’autonomie de gestion et de décision du comité français du MAB, sa visibilité et sa lisibilité auprès des partenaires ; cette structure permettra souplesse et réactivité.

2015, c’est aussi l’année de l’adoption de la nouvelle stratégie 2015-2025 du MAB, qui prolonge et renouvelle la stratégie de Séville. Nous avons donc une vision et une mission communes avec l’ensemble du réseau des Réserves de biosphère : « Notre vision est celle d’un monde où les hommes ont conscience de leur avenir commun et de leur interaction avec notre planète et agissent de façon collective et responsable pour construire des sociétés prospères en harmonie avec la biosphère ». C’est cette vision que doivent défendre le programme MAB et son Réseau mondial des Réserves de biosphère (RMRB), à l’intérieur comme à l’extérieur des réserves.

Au-delà du MAB, 2015 est aussi l’année de l’adoption des Objectifs de Développement Durable qui prennent le relais des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Les 17 objectifs sont ambitieux et marquent un effort de cohérence à l’échelle des Nations Unies pour son agenda jusqu’en 2030. Nous sommes convaincus que les Réserves de biosphère ont un rôle essentiel à jouer dans cet agenda. L’action du MAB en faveur du programme de développement durable à l’horizon 2030 trouve un lieu privilégié d’expression dans les Réserves de biosphère mais aussi au-delà de leurs frontières. C’est dans cet esprit que la France a présenté, avec l’Allemagne et le Pérou, un projet de résolution en faveur du MAB et de sa stratégie, qui a reçu un fort soutien lors de la 38e Conférence générale de l’Unesco.

Enfin, 2015 aura été l’année de la fameuse COP 21, accueillie en France avec la réussite diplomatique et médiatique de l’accord de Paris sur le climat. Espérons que ce rendez-vous sera une étape fondatrice. Les mois et années qui viennent vont redessiner le paysage institutionnel international du développement durable et de l’environnement. L’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre 2015, qui a adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030 et tout récemment l’accord de Paris sur le climat, appellent à « transformer le monde » et à développer l’innovation en faveur de nouveaux modes de développement durable.

 

Logo-UNESCO-MAB2016 sera une année déterminante.

Pour notre nouvelle association tout d’abord, c’est une année de réorganisation, de consolidation et d’engagement de nouveaux partenariats, notamment avec l’Atelier Technique des Espaces Naturels (Aten), dans la perspective de la création de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB). Nous allons poursuivre nos réflexions communes avec les porteurs de l’AFB pour être prêts à interagir avec elle et ses réseaux lors de sa mise en place dès 2017.

Pour l’ensemble de notre réseau français, et notamment pour la Réserve de biosphère du bassin de Dordogne, avec la préparation de la réunion d’EuroMAB qui se tiendra au printemps 2017 aux Eyzies de Tayac, dans la Vallée de la Vézère. La thématique retenue sera transversale : les Réserves de biosphère comme outils territoriaux au service du développement durable, avec vocation de ralliement des populations. Ce sera un moment important de la vie du réseau où nous accueillerons nos collègues européens et nord-américains.

Pour le programme MAB enfin, avec le 4e Congrès mondial des Réserves de biosphère, suivi du Conseil International de Coordination à Lima en mars 2016, et l’adoption d’un nouveau plan d’action 2016-2025. Nous attendons du Plan d’action de Lima qu’il soit concret, innovant, qu’il identifie les responsabilités des différents acteurs et qu’il réponde pleinement aux objectifs de la nouvelle stratégie du MAB dans le contexte des Objectifs du Développement Durable.