Une nouvelle stratégie adoptée par le Conseil international de coordination en juin 2015 à Paris

« Tribune à Didier Babin : Président du comité français du MAB

Extrait du site : http://www.mab-france.org/fr/actualite/didier-babin-nouveau-president-du-comite-mab-france/

Extrait du site : http://www.mab-france.org/fr/actualite/didier-babin-nouveau-president-du-comite-mab-france/

Depuis son lancement en 1968, le programme MAB a véritablement contribué à faire évoluer les mentalités et les pratiques sur les relations entre les humains à propos de la Biosphère. La nouvelle stratégie, adoptée par le Conseil international de coordination en juin 2015 à Paris, a le mérite de reconnaître combien l’esprit du MAB a réussi à infiltrer la société toute entière et en particulier à travers la généralisation du concept de développement durable. Maintenant, la « durabilité » est un mode de vie normal presque obligatoire.

Le comité MAB France a tout fait pour que la nouvelle stratégie 2015-2025 du MAB soit ambitieuse et que les leçons tirées de plus de 40 ans d’expériences diverses partout dans le monde soient utilisées pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable y compris au-delà des frontières des Réserves de biosphère. La Stratégie de Paris prend en compte l’urgence et la portée des messages adressés par la communauté scientifique concernant notamment la biodiversité et les changements climatiques. Les Réserves de biosphères sont des lieux d’inspiration et d’innovation, ils ne sont pas juste une autre désignation internationale. Ils apportent des instruments pour la promotion du développement durable et devraient être utilisés comme sites de référence pour la durabilité en action à toutes les échelles, dans tous les secteurs.

Il est temps que nous racontions nos histoires de développement durable, pour inspirer au-delà de nos frontières et au-delà de nos communautés. Avec le changement climatique et l’évolution de la biodiversité, avec l’empreinte toujours plus forte de l’humanité sur la nature, les limites des Réserves de biosphère deviennent plus que des zones de transition. Ce sont maintenant des zones de transmission et de propagation du développement durable pour partager des solutions, élargir nos zones d’influence et le rayonnement bien au-delà des sites reconnus comme Réserves de la biosphère.
La vision de la stratégie reflète la vision du monde que nous souhaitons contribuer à bâtir. Sa mission consiste à expliquer ce que le Programme MAB apportera d’original, que d’autres n’apporteront pas. La mission c’est véritablement notre valeur ajoutée, notre marque de fabrique par rapport à la vision que d’autres peuvent aussi partager. Nous croyons que la coopération, l’innovation, l’interaction, l’interdisciplinarité au-delà des frontières de tous ordres et des barrières mentales sont indispensables pour poursuivre le travail entrepris par nos prédécesseurs pour le bénéfice des générations actuelles et futures et pour la planète.

L’esprit éclairé et visionnaire des bâtisseurs du Programme MAB, mais aussi l’exemplarité de la stratégie de Séville doivent à nouveau nous guider pour qu’avec la nouvelle stratégie de Paris et le futur plan d’action de Lima, le programme MAB devienne ou plutôt redevienne une locomotive du développement durable. Il en va de notre responsabilité. »